SOUSCRIRE

Téléphone

Prenez contact avec nos chargés de clientèle au téléphone OU un chargé de clientèle vous rappelle gratuitement

04 67 50 67 50

SOUSCRIRE

Trouver un bureau

Consultez la liste des bureaux et délégations de votre région ou au plus près de chez vous et venez nous renconter

bureaux et délégations Nouvelle fenêtre

SOUSCRIRE

Envoyer un email

Besoin d'exprimer une demande particulière : remplissez notre formulaire de contact et nous vous répondrons dans les plus brefs délais

faire une demande Nouvelle fenêtre

SOUSCRIRE

Devis en ligne

Réalisez un devis en ligne et découvrez tous les avantages que proposent la Mutuelles des Motards avec des offres adaptées à vos besoins

Réaliser un devis Nouvelle fenêtre
Accidents et vols

Stop au vol de moto ou scooter

10/02/2017 mis à jour le 04/10/2019
  • Vol
  • Antivol

Le faible poids et le petit gabarit des 2-roues représentent des atouts pour les utilisateurs, mais également pour les voleurs. Dérober votre moto ou votre scooter est un jeu d'enfant si vous ne suivez pas quelques recommandations de base dans le choix et l'utilisation de votre antivol.
Vous les trouverez ici, accompagnées du top 10 des 2-roues les plus volés en 2015. Enfin, si malgré vos précautions, votre 2-roues a disparu, la Mutuelle des Motards vous guide dans la procédure pour activer votre garantie Vol.

1. Top ten des vols, les scooters en force

Au top 10 des 2-roues les plus volés en France, les scooters débarquent en force, mais aussi les 125. Bientôt révolu, le temps des vols de grosses sportives ? Comme toujours, les voleurs suivent le marché.

60 000 2-roues dans la nature

Avec environ 60 000 2-roues volés en 2014, l'industrie de l'antivol n'a pas de souci à se faire. Mais encore faut-il que les conducteurs de 2-roues fassent appel à ces produits... À la Mutuelle des Motards, le vol de 2-roues coûte plusieurs millions d'euros à la communauté des sociétaires chaque année. Voler un 2-roues est certes facilité par le gabarit et le poids de la machine, mais le larcin peut être évité au prix de quelques précautions de base. Dans le cas contraire, c'est la disparition de votre moto ou de votre scooter pour de bon. Environ 80% des machines volées ne sont en effet jamais retrouvées et finissent désossées : le marché des pièces détachées ne connaît pas la crise.

Les machines les plus prisées

En tête du palmarès depuis sa sortie en 2001, le Yamaha T-max 500 et son successeur le 530. Un succès de vente... et de vol qui ne se dément pas pour ce maxi-scooter très prisé.

En 2eme position, on trouve une moto, la Triumph 675 Street Triple. Suivent en 3eme et 4eme positions un autre scooter et une autre Triumph : le Honda PCX 125 et la 1050 Speed Triple. 5eme deux-roues le plus volé, une autre star des ventes des maxi-scooters : le Suzuki Burgman. Il est suivi de la Honda 1800 Goldwing  (6eme) et de la gamme 125 des scooters Vespa (7eme).

En 8eme et 9eme positions, on reste dans le scooter avec toujours un Yamaha, le 125 X-Max (8eme), suivi des trois-roues Piaggio MP3 (9eme). Fermant le top 10 des deux-roues les plus volés, on retrouve enfin une moto, la Suzuki 600 GSR.

Paradoxe, les scooters sont aujourd'hui les seuls 2-roues faciles à « antivoler » (transport aisé de l'antivol, présence d'un anneau cémenté permettant d'arrimer solidement le cadre à un point fixe). Las, le meilleur antivol ne pourra pas faire grand chose si votre 2-roues n'est pas arrimé solidement au mobilier urbain : la technique de vol la plus répandue reste l'enlèvement.

Tous complices du vol ?

Le marché des pièces détachées surfait jadis sur la vague des puces et brocantes, aujourd'hui, c'est sur celle du net. Sur les puces motos d'hier, les mécanos du dimanche peu regardants ne s'embarrassaient pas tous de principes face à ces pièces bradées. Il en va de même sur le net, sur des sites comme E-Bay par exemple. Des pratiques bien éloignées de la fameuse solidarité motarde. Comment déceler des pièces douteuses dans ce gigantesque supermarché en ligne ? En observant les annonces : pièces récentes, en bon état, cédées à 20% de leur prix, en vente immédiate et sans photo. Il n'y a justement pas photo. Comment s'en prémunir ? Exigez une facture d'achat d'origine ou la copie de la carte grise.

Le premier avantage d’un 2-roues, c'est son faible poids. Mais en matière de vol, c'est aussi son défaut majeur. Trois costauds suffisent pour enlever n’importe quelle machine, dès lors qu'elle n'est pas arrimée à un point fixe. Attention aussi aux nouvelles techniques de vol. Si globalement les fabricants d’antivols progressent et livrent des systèmes de plus en plus performants, les voleurs s’adaptent et innovent. Revue de détail.

Bien attacher votre 2-roues, c'est la clé

L'enlèvement est la principale forme de vol moto, loin, très loin devant les autres formes de larcin. Seule parade : au moment de stationner votre 2-roues, l'attacher solidement par le cadre ou un tube de fourche à un point fixe, avec un antivol de qualité (pour s'assurer contre le vol à la Mutuelle, il doit impérativement être « certifié NF recommandé FFMC » ou porter la mention "Classe SRA"). Le voleur va donc devoir couper votre « U » et/ou votre chaîne, ce qui lui prendra du temps, au risque de le dissuader. Sauf si vous avez eu l’imprudence de vous garer dans une ruelle déserte et sombre. Votre engin risque alors de finir en Lego sur le marché juteux des pièces détachées, dans des puces moto ou sur le web.

L'essor du bike-jacking

La qualité des antivols et les techniques d’antidémarrage compliquant le vol (à l'exception des bloque-disques, qui ne sont d'aucune utilité), certains voleurs passent à d’autres techniques, encore marginales mais en plein essor. Ne pouvant dérober la moto ou le scooter, il leur suffit d’attendre que le propriétaire démarre son engin. À l’image du car-jacking, ils agressent les motards au feu rouge. Ne jouez pas les héros car ils n’hésitent pas à frapper violemment, et votre vie est plus précieuse que votre machine. Essayez de bien les observer, votre déposition aidera les forces de l’ordre. La parade, à l’approche d’un feu, ralentissez bien avant pour tenter d’arriver au moment où il passe au vert. Si vous devez vous arrêter, préférez le milieu de la voie plutôt que le côté. Regardez de part et d’autre et maintenez la 1re enclenchée afin de pouvoir démarrer en cas de danger.

Home-jacking, vol par ruse

Certains voleurs particulièrement téméraires n’hésitent pas à pénétrer chez les gens pour dérober les clés de contact. Afin d’éviter le home-jacking, pensez à bien verrouiller votre porte et vos fenêtres ou volets. Ne laissez pas traîner vos clés de contact sur un meuble, notamment dans l’entrée. Quant au vol par ruse, cette technique a tendance à se multiplier lorsqu'un particulier tente de vendre sa moto ou son scooter d'occasion. L’escroc qui a pris contact avec vous par correspondance va essayer votre engin de façon définitive en vous laissant en gage une clé falsifiée ou une clé de voiture volée. Il peut même vous payer avec un faux chèque de banque (sans parler de faux billets). Pour éviter tout cela, vérifiez son identité et conservez sa pièce d’identité jusqu’à la fin de l’essai. Ne prenez que les chèques de banque comme paiement, et vérifiez leur authenticité en contactant l'agence émettrice. Depuis juillet 2009 un filigrane est visible par transparence sur les chèques de banque, pour lutter contre les faussaires.

Enfin, sachez qu'un paiement en liquide ne peut pas être accepté au-delà de 1000 € : ainsi le veut la loi, pour lutter contre le blanchiment d’argent.

Une fois votre deux-roues vendu, n’oubliez pas de contacter votre assureur pour l'en informer et ainsi mettre fin à votre contrat.

Acheter sa moto d’occasion : les précautions à prendre et les démarches pour l’assurance

La plupart des motos volées finissent en pièces détachées, mais certaines se retrouvent sur le marché de l’occasion. Quelques points à vérifier pour se prémunir au maximum des mauvaises surprises si vous achetez à un particulier. Tout d’abord s’assurer que la moto convoitée correspond bien à son descriptif sur l’annonce ; toute approximation est douteuse (millésime voire modèle différent, accessoires, coloris…). Assurez vous de l’identité du vendeur et vérifiez que le nom sur la carte grise corresponde bien au nom sur sa carte d’identité ou son permis de conduire (les deux, c’est encore mieux). S'assurer ensuite que le vendeur possède bien tous les documents propres à la vente (certificat de non gage, certificat de vente, …). C'est tout bête, mais vérifiez que le numéro d’immatriculation sur la carte grise corresponde bien au numéro sur la plaque de la machine. Demandez au préalable le plus de renseignements possible lors de vos contacts avec le vendeur (préférez un numéro de téléphone fixe à un portable). Préférez une rencontre chez le vendeur plutôt que sur un parking ou dans un lieu désert. Demandez le double des clés. N’acceptez pas de régler en liquide au-delà de 1000 € : c’est interdit par la loi, pour lutter contre le blanchiment d’argent.

Avant de partir essayer la moto (et surtout si vous comptez conclure la vente le jour-même), prévenez votre assureur pour qu’il assure la machine à votre nom : il n’est en effet pas certain que le vendeur soit assuré pour le prêt. Il vous suffira pour cela de vous munir des informations nécessaires : numéro d’immatriculation, dénomination commerciale, type de la moto (cf. carte grise), cylindrée… À la Mutuelle des Motards, vous pouvez effectuer un devis en ligne, avant de contacter un conseiller qui vous guidera dans vos démarches et vous proposera le meilleur contrat selon votre profil, vos souhaits et la moto convoitée. Effectuez un devis en ligne par ici.

Les premières démarches en cas de vol

Si, malgré toutes vos précautions, votre moto ou votre scooter a disparu, portez plainte immédiatement car votre machine pourrait être impliquée dans une infraction (braquage, délit de fuite…) ou un accident. Jetez un œil, au cas où, dans les environs : cour, cage d’escalier, sous une bâche. Renseignez-vous auprès des commerçants, ils ont peut-être été témoins de quelque chose. Sachez enfin que pour bénéficier de votre garantie Vol, il vous faut avertir votre assureur dans les 2 jours qui suivent votre déclaration de vol à la police ou à la gendarmerie.