SOUSCRIRE

Téléphone

Prenez contact avec nos chargés de clientèle au téléphone OU un chargé de clientèle vous rappelle gratuitement

04 67 50 67 50

être rappelé Nouvelle fenêtre

SOUSCRIRE

Trouver un bureau

Consultez la liste des bureaux et délégations de votre région ou au plus près de chez vous et venez nous renconter

bureaux et délégations Nouvelle fenêtre

SOUSCRIRE

Envoyer un email

Besoin d'exprimer une demande particulière : remplissez notre formulaire de contact et nous vous répondrons dans les plus brefs délais

faire une demande Nouvelle fenêtre

SOUSCRIRE

Devis en ligne

Réalisez un devis en ligne et découvrez tous les avantages que proposent la Mutuelles des Motards avec des offres adaptées à vos besoins

Réaliser un devis Nouvelle fenêtre
Conduite et sécurité

Quel gilet airbag moto choisir ?

15/01/2019 mis à jour le 23/01/2019
  • Sécurité
  • Prévention
  • Équipement
airbag

L’offre en gilets airbag ne cesse de s’étoffer avec des gammes et des tarifs qui évoluent chaque année. Filaires, radiocommandés ou autonomes, il est bien difficile de s’y retrouver au moment du choix. D’autant que l’investissement est conséquent (de 500 à 3 000 €) et qu’aucune norme n’est encore définitivement appliquée en la matière. Dans tous les cas, les modèles les plus efficaces sont ceux qui se gonflent le plus vite. Voici les repères pour s’y retrouver.

La Sécurité routière a marqué les esprits à travers sa nouvelle campagne « Offrez-lui un airbag, un cadeau pour la vie ». S’il n’est pas la panacée dans toutes les situations d’accident comme le laisse supposer ce slogan, l’efficacité du gilet airbag lors des chutes à faible allure est attestée par une majorité d’utilisateurs. Toutefois, pour profiter pleinement de ses capacités protectrices, il s’agit de veiller à l’entretien régulier de ses composants. La cartouche de gaz doit être totalement pleine (risque de fuite) et exempte de corrosion, surtout au niveau de l’opercule. La batterie des modèles autonomes doit aussi conserver des capacités de charge optimales (à faire réviser chez le fabricant le cas échéant). Enfin, s’assurer que les dates de péremption de ces composants n’est pas dépassée.

Quelle norme ?

La norme EN 1621-4 est apparue en 2013 mais n’est toujours pas harmonisée au niveau européen, ce qui bloque toute certification au niveau international. En cause, une objection formulée par la France concernant les procédures de test trop laxistes. En effet, un gilet dont le temps d’activation et de gonflement ne dépasse pas 200 millisecondes est actuellement conforme à la norme alors qu’il ne faudrait pas dépasser 80 ms maximum pour garantir une absorption optimale du choc. En clair, un tel gilet ne serait pas totalement gonflé au moment de l’impact. Attention, certains modèles commercialisés aujourd’hui se prévalent de cette norme sans aucune légitimité. 

Comment choisir ?

En l'absence de norme spécifique aux Airbags, la Mutuelle des Motards a collaboré avec SRA sur l’élaboration d’un cahier des charges et la mise en place un classement qui résulte des tests impitoyables opérés par le CRITT (Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologie) de Chattelerault. Les performances supérieures des modèles autonomes sont attestées par le classement SRA. Retrouvez aussi le test comparatif des gilets airbag autonomes dans Moto Magazine d’octobre 2018.

Comment ça marche ?

Autonome

Ces modèles se portent sous le blouson et rien ne relie le motard à la moto. Tous les éléments nécessaires à la détection de la chute et au déploiement des coussins sont intégrés dans le gilet airbag, qui peut donc être porté sur n’importe quelle moto, sans aucune installation préalable. Le principal inconvénient de ces modèles est d’ordre économique, car il peut être indispensable d’utiliser un blouson compatible permettant un déploiement optimal (de 1 200 à 3 000 € au total). Toutefois, l’équipementier français IXON associé à la start-up In&Motion propose avec le modèle U03 une formule innovante de location du module de gestion qui réduit drastiquement l’investissement initial (gilet à 400 € + location 12 €/mois). 

Radiocommandé

Souvent sous forme de gilet, ce système est dépourvu de câble. Des capteurs installés sur la moto (sur la fourche et sous la selle) sont reliés par radio au gilet et détectent le choc afin de commander le gonflage des coussins. Le temps d’activation de tels modèles est de 80 à 100 ms. L’inconvénient de ces modèles est qu’il vous faudra équiper toutes vos motos de capteurs, si vous en avez plusieurs. Vous devrez donc choisir avec laquelle vous acceptez de rouler sans, ou d’envisager un surcoût conséquent (500 à 800 € environ). Leur efficacité est reconnue, mais elle peut être mise en défaut suivant les conditions de l’accident (glissade sans choc et sans séparation avec la moto).

Filaire

Ces modèles sont des gilets qui se portent au-dessus du blouson. Le conducteur doit attacher le cordon du gilet à la moto à chaque départ. En cas de séparation du binôme homme-machine, la tension du cordon libère le contenu d’une cartouche de gaz (CO2) qui gonfle les coussins. Les performances de ces modèles dépendent totalement de la tension du cordon, ce qui ralentit leur mise en activation (150 à 300 ms avant gonflement total).

Quel modèle choisir ?

La vitesse d’activation étant l’élément prépondérant de choix, les modèles filaires sont disqualifiés d’emblée. Leur activation rapide impose que le cordon soit attaché à la moto et derrière le conducteur et le moins lâche possible, ce qui pourrait gêner à l’usage. Certains utilisateurs attachent le cordon devant eux, au guidon de leur moto, autant dire que le dispositif ne se déclenchera jamais, puisque au lieu de se tendre, le cordon se détend. Si le cordon est fixé correctement, ce système a une certaine efficacité lors d’une projection au-dessus de l’obstacle (par exemple, par-dessus l’aile avant d’une voiture), mais se gonflera toujours trop tard en cas d’écrasement sur le côté du véhicule percuté. Les crash-tests réalisés par l’IFSTTAR démontrent une nette différence entre les gilets filaires et ceux à déclenchement radiocommandé ou autonome. Ces derniers ont en effet une capacité à détecter le choc plus tôt (moins de 20 ms) et donc à se gonfler plus rapidement (de 50 à 80 ms).

L’airbag est-il assuré ?

La garantie Équipement est incluse dès la formule de base dans le contrat standard de la Mutuelle des Motards et couvre l’indemnisation du gilet airbag, dont la cartouche de gaz et le dispositif de déclenchement électronique, jusqu’à 1000 € sans vétusté sur présentation de la facture d'achat (Cette garantie est disponible en option au tarif de 26 €/an pour les contrats Tout-Terrain, 2x2, Collection et Urban Scoot 50). L’option « Équipement Conducteur Optimal » permet de porter ce plafond à 2 000 € (de 40 à 65 €/an selon le type de contrat). Ces garanties s’exercent aussi pour tout équipement spécialement adapté à la pratique du 2-roues.

Du nouveau à la Mutuelle : les blousons et gilets airbags sont désormais remboursés* sans application de vétusté.

*remboursement effectué dans le cadre des garanties Equipement, Objet transporté et Outil de travail.