Conduite et sécurité

Les scénarios à risque en 2-roues

05/12/2016 mis à jour le 08/02/2017
  • Accident
  • Assurance
  • Remontée de file
  • Circulation
route inondée

Priorité grillée en intersection, manœuvres dangereuses : dans deux-tiers des accidents entre un 2-roues et un automobiliste, ce dernier n'a tout simplement pas vu le motard ou le scootériste... Avec la Mutuelle des Motards, faites le point sur les scénarios à risque.

1. Conflits en intersection...

Les accidents aux intersections représentent 2/3 des accidents corporels et 1/3 des accidents mortels (refus de priorité, tourne à gauche). Le virage à gauche de l’automobiliste étant le scénario le plus meurtrier, avec 1/3 des accidents corporels et mortels. Un conseil : même si vous avez la priorité et que le feu est vert, abordez avec la plus grande prudence les carrefours. N’hésitez pas à rendre la main (ralentir) le temps de vérifier à droite et à gauche que personne ne s’apprête à vous griller la priorité, vous serez ainsi prêt, le cas échéant, à engager un évitement d'urgence ou à freiner. Surtout, ne doublez jamais un véhicule en intersection.

2. … ou en roulant dans le même sens

Les chocs entre véhicules roulant dans le même sens représentent près de 20 % des accidents corporels et un peu moins de 10 % des accidents mortels. L’essentiel de ces accidents (près des 2/3) se déroule en milieu urbain, avec une faible gravité compte tenu des vitesses moins élevées. La solution ? Maintenir une distance de sécurité suffisante avec le véhicule qui vous précède et regarder au loin pour anticiper.

3. Accidents hors intersection

Dans 8 cas d’accidents sur 10, l’impact a lieu à l’avant du deux-roues, dans 8 % des cas ce sont des chocs latéraux et dans 6 % des cas le motard subit un choc arrière. En général, il intervient à la suite d’un dépassement dangereux, et dans ce scénario les conducteurs de 2-roues sont bien souvent responsables. N’oubliez jamais qu’au guidon de votre machine vous êtes peu visible, que votre protection se limite à votre casque et votre équipement, et que la sensibilisation des automobilistes aux interactions avec les 2-roues frise le néant lors de leur formation initiale. Enfin, tenez compte de votre temps de réaction face à une situation d’urgence (1 à 2 secondes) cumulé à la distance nécessaire pour arrêter votre engin. Adaptez votre allure à votre environnement, à l’infrastructure, à la circulation, et aux conditions météorologiques : rien de pire qu'une petite pluie fine, apparemment anodine mais qui fait remonter en surface toutes les impuretés incrustées dans le goudron.

4. Manœuvres dangereuses

Dernier scénario d’accident, les manœuvres dangereuses (demi-tour, circulation à contresens ou en marche arrière…). L'ensemble des conducteurs a une méconnaissance des risques et des comportements des autres usagers de la route (camion, automobile, 2-roues). Il apparaît également que dans 84% des cas d’accidents la manœuvre est effectuée par l’automobiliste qui n’intègre pas le motard dans son information.

L’automobiliste cherche du regard une autre voiture, un camion, un car, mais pas un 2-roues. Un phénomène de perception cognitive auquel s’ajoutent les limites physiologiques de chacun d’entre nous. Là aussi, adaptez votre allure à l’environnement, regardez au loin pour anticiper et chassez de votre esprit tout sentiment d’invulnérabilité.