Conduite et sécurité

Nettoyer sa moto en profondeur

15/10/2018 mis à jour le 24/10/2019
nettoyage moto

Au-delà des bénéfices esthétiques, le nettoyage d’une moto dans le détail apporte de nombreux avantages. L’accumulation de souillures diverses altère les traitements de surface et peut même générer des avaries mécaniques. De plus, cette inspection approfondie permet également de déceler d’éventuelles anomalies susceptibles de compromettre la sécurité.

Précautions de base pour nettoyer sa moto

Évidemment, plus le nettoyage est effectué régulièrement, plus l’opération est facile, surtout si la moto est stationnée dehors et roule par tous les temps.

Une moto se nettoie de préférence froide, non seulement pour éviter de se brûler, mais aussi parce que certains matériaux sont sensibles aux chocs thermiques.

Le nettoyage d’une machine garée en plein soleil occasionne un séchage trop rapide qui laisse des traces résiduelles tenaces. Privilégiez un endroit ombragé et couvrez le sol d’une bâche ou d’un carton pour éviter l’infiltration des résidus d’hydrocarbure. Sans parler de la protection des yeux (lunettes) et des mains (gants) en cas d’utilisation de produits chimiques.

Nettoyage à sec de la moto

Les produits de nettoyage dits « sans rinçage » (voir le tuto vidéo de motomag.com) retiendront l’attention des citadins qui, faute d’un point d’eau à disposition, seront contraints d’opérer dans la rue ou sur un parking. Ces produits (voir le test publié dans Moto Magazine 350) ont l’avantage de pouvoir être appliqués et ôtés à sec. Un peu d’huile de coude et une lingette microfibre donnent un sérieux coup de neuf à une machine ternie par les kilomètres. Les produits dits universels viennent à bout de la majorité des souillures (graisses, moustiques, goudron, poussières diverses et variées) et sont efficaces à condition de ne pas trop espacer les nettoyages.

Enfin, l’usage de produits spécialisés (anti-moustiques, dégraissants jantes, nettoyant moteur, etc.) impose une lecture de la notice avant de badigeonner la moto, car certains composants chimiques ne sont pas compatibles avec tous les matériaux.

Lavage haute pression de la moto

Les stations de lavage haute-pression traitent les résidus d’hydrocarbure et permettent l’utilisation de produits à rincer (voir le tuto vidéo de motomag.com) puisqu’elles sont équipées de systèmes de recyclage de l’eau. Humidifiez préalablement la machine avant de projeter le produit puis étalez-le bien, laissez agir quelques minutes avant de rincer. Pour éviter d’endommager la peinture et les stickers, veillez à maintenir l’embout de la lance à une distance de 30 à 40 centimètres environ de la moto.

Gardez un angle d’environ 30° pour évacuer les impuretés vers l’extérieur et éviter de les repousser dans les roulements (roues, colonne de direction), le faisceau électrique ou les étriers de frein (entre autres).

Les plus prévenants pourront investir quelques euros dans un bouchon d’échappement pour éviter que l’eau ne s’infiltre dans le silencieux d’échappement (accessoire utilisé pour l’entretien des motos tout-terrain). 

Lustrage de la moto

L’application d’un produit lustrant, après nettoyage, permet de redonner de la brillance à une peinture ternie. Il suffit d’appliquer soigneusement le produit en faisant des cercles puis de lustrer à la peau de chamois (voir le tuto vidéo de motomag.com). Inutile de préciser que le silicone ou la cire des produits lustrants ne font pas bon ménage avec les disques de frein ou la selle !

Bons plans pour nettoyer sa moto

Investir dans des produits spécialisés coûteux n’est pas toujours indispensable. Certains produits ménagers standards remplissent leur fonction honorablement.

Le liquide vaisselle rivalise avec les meilleurs dégraissants, le décapant aérosol pour four rend les échappements comme neufs, et les produits brillants multi-surfaces (type Fée du logis) ont la faveur de nombreux motards pour les finitions.

Plus insolite, le beurre est un excellent détachant qui dissout les traces de goudron sans effort. Enfin, le pétrole désaromatisé est une solution économique pour débarrasser la chaîne des souillures accumulées qui accélèrent l’usure de la transmission secondaire. 

Entretien élémentaire de la moto

Enfin, nettoyer sa moto est le moment idéal pour déceler une éventuelle fuite, un câble endommagé, un écrou ou une vis manquante ou encore des plaquettes de frein en fin de vie. Ouvrir l’œil attentivement évite bien des désagréments. C’est aussi l’occasion de procéder à un petit entretien élémentaire comme le graissage des câbles d’embrayage et d’accélérateur ou encore de l’axe de la (ou des) béquille(s). Les plus avisés vont jusqu’à démonter leurs commodos pour asperger l’intérieur de dégrippant anti-humidité type GS27. Bien vu à l’approche de l’hiver.