Permis et premier 2-roues

Tous nos conseils pour choisir un scooter

05/12/2016 mis à jour le 18/10/2019
  • Scooter
  • Assurance
Ligne de scooter

C’est décidé, vous achetez un scooter. Reste à savoir lequel… Tout dépend de l’usage que vous allez en faire, mais également des prestations qu'il va vous offrir en matière de sécurité. Les conseils de la Mutuelle pour vous aiguiller.

Évolution du scooter

Il est loin le temps où l'ingénieur Corradino D'Ascanio mettait au point « la guêpe », à savoir le Vespa, pour le compte de l'avionneur italien Enrico Piaggio. C'était un véhicule utilitaire, économique et dont la conception faisait appel aux technologies des avions de l'époque, en particulier en ce qui concerne la partie-cycle. Dans l'après guerre, les gens avaient besoin de ce type de véhicule pour se déplacer et la Vespa connut un succès mondial presque immédiat… Mais la tenue de route, avec ses roues minuscules et des gommes de piètre qualité, n'était pas son point fort.

Depuis, les constructeurs ont beaucoup fait évoluer les scooters et même si ce type de deux-roues reste à caractère urbain et utilitaire, stabilité, confort et performances n'ont plus rien de comparable avec le premier Vespa.

  • Les roues ont grandi en taille pour plus de stabilité,
  • les pneus atteignent des performances comparables à ceux des motos et les suspensions offrent bien plus de confort,
  • le freinage est plus mordant et progressif,
  • la transmission est désormais automatique (plus de changement manuel des vitesses),
  • le moteur quatre-temps a supplanté le deux-temps.

Quant aux "aspects pratiques", ils ont aussi évolué en fonction des besoins actuels des utilisateurs…
Mais la plus grosse évolution concerne surtout les motorisations. La géographie des villes a évolué depuis l’après-guerre et des moteurs plus puissants et de plus grosse cylindrée ont vu le jour pour rouler en toute sécurité sur les autoroutes urbaines. Des nouvelles catégories sont apparues, du scooter urbain au sportif, du 50 au 800 cm3, du scooter à grandes roues au trois-roues… En attendant peut-être l'avènement probable du scooter électrique…

Le scooter GT

Il s’agit de scooters considérés comme « haut de gamme », aussi bien du fait de leur look que de leur prix d’achat. Ces scooters GT sont bien souvent plus confortables, mieux équipés et plus rapides (en vitesse de pointe). Des atouts qui vous permettront de parcourir sans souci des trajets extra-urbains en solo ou à deux.

  • La position de conduite est en effet très agréable,
  • le tableau de bord est bien souvent assez complet et les rangements sous la selle sont conséquents (2 casques y trouvent en général leur place),
  • de nombreux GT sont équipés de l'ABS ou d'un système de répartition du freinage avant/arrière,
  • on trouve bien souvent un système d’antivols électroniques, de clés codées (totalement inutiles), ainsi que de chaînes intégrées.

À noter qu’avec la norme Euro 4, entrée en vigueur le 1er janvier 2017, tous les deux-roues sont équipés de l’ABS d’origine. S'il fallait souligner les principaux défauts des scooters GT, c'est leur embonpoint et l'accessibilité réduite des organes mécaniques qui priment sur le reste.

Le scooter sport

À l’opposé du scooter GT, le scooter sport privilégie avant tout le look, avec souvent des lignes agressives au détriment des aspects fonctionnels comme la présence d'un coffre ou même d'une simple boîte à gants. Beaucoup de cylindrées sont présentes dans la catégorie, mais certains scooters de grosse cylindrée (ou Maxi scooters sportifs), comme le Yamaha 530 T-Max, Gilera GP et Aprilia SRV 850, Honda Integra 700, BMW C650 Sport, offrent vraiment le summum de la technologie.

  • Moteurs bicylindres,
  • cadres périmétriques et parfois en aluminium,
  • doubles disques avant,
  • transmission finale par chaîne,
  • fourches inversées,
  • vitesse maxi supérieures à 170 km/h…

La liste est longue et la note d'achat et d'entretien souvent salée. Pourtant ces scooters offrent une tenue de route et une sécurité passive impensable il y a encore plusieurs années. Ils ne sont certes pas à mettre entre toutes les mains, mais ils ont l'avantage d'être les seuls à pouvoir voyager.

À noter que la catégorie est très sujette au vol : le Yamaha T-Max n’est ni plus ni moins que le deux-roues le plus volé ! Lire ici nos conseils pour éviter le vol.

La révolution du 3 roues : les trikes

Si les trikes existent depuis des lustres, pour le grand public (et notamment les scootéristes 125), c'est depuis quelques années la révolution. Le véritable carton réalisé par le MP3 en atteste. Ce type de machine séduit du fait de sa stabilité, de la qualité de son adhérence et de son freinage (puissance deux à l’avant), que ce soit en ligne droite ou en courbe. Généralement très confortable, grâce à son grand gabarit, cet engin requiert toutefois plus de force et de précision de la part de son conducteur, surtout dans les manœuvres à basse vitesse. C'était justement le travers du MP3 125, dont la motorisation s'avérait insuffisante pour s'extirper d'une situation à risque ou, tout simplement, pour circuler sur une voie rapide en raison d'une vitesse de pointe trop courte.

En élargissant l’empattement de son MP3 de 40 millimètres et en lui ajoutant une pédale de frein à pied (système intégral), Piaggio a homologué son scooter à 3-roues comme un tricycle à moteur (L5E). Un malin tour de passe-passe, qui rend sa conduite accessible, en versions 250, 400 et 500 cm3, aux automobilistes qui ont obtenu leur permis B depuis deux ans au moins et qui ont plus de 21 ans (pour ceux ayant obtenu leur permis à compter du 19/01/2013). Ils devront en plus suivre une formation obligatoire de 7 heures en école de conduite. Plus que jamais, choisir une formation de qualité s’impose...

Quel permis pour mon scooter ?

Un doute ? Notre formulaire répond à votre question ! Rendez-vous sur notre outil pour savoir quel permis est nécessaire pour conduire le 2-roues de vos rêves.