Conduite et sécurité

L'ABS moto, un vrai « plus », à manier avec precaution

25/01/2017 mis à jour le 29/10/2019
  • Moto neuve
  • Moto d'occasion
  • Accident
Main de motard s'apprêtant à prendre le frein. L'ABS assiste les freinages d'urgence mais savoir s'en servir correctement est indispensable

Vrai « plus » en matière de sécurité, le freinage assisté incite-t-il à l'excès de confiance? Faut-il le déconseiller aux motards et scootéristes débutants ? Est-il plus approprié pour les conducteurs de 125 ou de gros cubes? Des questions qui se posent pour les 2-roues d’occasion, ceux répondant à la norme Euro 4 (à partir du millésime 2016) étant équipés de l’ABS d’origine. Tour d'horizon avec la Mutuelle.

1. L’ABS moto : source de sécurité… ou non

Face à une situation d’urgence, votre premier réflexe (c’est reptilien) c’est de freiner. Le freinage d’urgence implique de savoir gérer l’éventuel blocage de roue. Grâce à l’ABS, ce risque de blocage disparaît, le système modulant à votre place la puissance de freinage. Vous évitez donc la chute, même si avec l'ABS freiner sans blocage ne veut pas dire freiner plus court. L’ABS moto empêche le blocage de votre roue, mais ne change rien à la distance de freinage nécessaire pour vous arrêter.

2. L’ABS moto et le comportement du conducteur

Avec la sortie de la BMW K100 (1987), 1er gros cube équipé de l'ABS, la Mutuelle des Motards a été le premier assureur à consentir des réductions aux motos équipées d’ABS... avant de revenir en arrière en raison du dérapage du nombre d'accidents.

Certains motards pensaient à tort qu'en achetant un freinage assisté ils achetaient leur sécurité. Pour Éric Marot, expert en analyse du risque moto à la Mutuelle, « l’ABS peut impacter de façon insidieuse le comportement du conducteur. C’est le syndrome de l’ange gardien : de nombreux utilisateurs de machines équipées d’ABS, notamment des motos de grosse cylindrée, sont persuadés – marketing oblige – que cette technologie réduit les distances de freinage. Du coup, ils ont tendance à ne plus respecter les distances minimales de sécurité, et à conduire au-delà de leur capacité réelle, pensant que la technologie va tout rattraper. »

3. Pour les motos et scooters 125, l'ABS est un vrai plus

Les systèmes tels que l’ABS sont un plus indéniable pour la sécurité, notamment pour les scooters 125, dotés de roues plus petites que les motos, et de pneus de qualité souvent moindre : tout cela affecte l’adhérence.
En outre, nombre de conducteurs de 125 sont des automobilistes qui n’ont pas suivi de formation à la conduite d’un 2-roues, et en méconnaissent les spécificités. À noter toutefois que depuis le 1er janvier 2011, il est obligatoire de suivre une formation de 7 heures pour pouvoir conduire un 125 avec le permis B. Le nombre d’automobilistes non formés un minimum tend donc à diminuer.
Un 2-roues est instable par nature, et beaucoup moins manœuvrant qu’une voiture en situation d’urgence. Pour toutes ces raisons, l’ABS est un vrai plus.

4. La formation à la conduite, clé du freinage à moto

Posséder une machine équipée d’un ABS n'affranchit pas de respecter les distances de sécurité, et d’aborder virages et intersections à une allure adaptée. « Nombreux sont les accidents où la phase de freinage intervient trop tard, voire pas du tout, précise Éric Marot. Autant de dossiers dans lesquels l’ABS n’aurait rien pu changer. »

Si votre 2-roues est équipé, profitez donc de son apport technologique d’antiblocage mais restez tout de même dans vos limites. En 2-roues, le meilleur freineur est celui qui... ne freine pas. Suivre une véritable formation à la conduite reste la clé de votre sécurité. Vous pourrez d'une part vous sortir de situations à risques mais, surtout, apprendre à éviter de vous placer vous-même en situation de danger. Car si l’ABS se déclenche, c’est la preuve que toute marge de manœuvre a disparu.

5. L’ ABS : Antiblockiersystem en bref

L’Antiblockiersystem (ABS) est un système d’assistance au freinage empêchant les roues de se bloquer en cas d’intense freinage. Il a été conçu à l’origine pour aider le conducteur à garder la maîtrise de son véhicule lors d’un freinage dans des conditions d’adhérence précaire (pluie, neige, verglas, gravier…).Le système ABS intervient sur la pression hydraulique appliquée aux étriers de frein. La centrale électronique surveille en permanence la vitesse des roues, à l’aide de capteurs placés sur les étriers. En cas de freinage appuyé, il apparaît une différence de vitesse entre la roue avant et la roue arrière. Le blocage est imminent. La centrale électronique déclenche alors une succession extrêmement rapide de cycles de relâchement-maintien-relâchement de la pression hydraulique. Vous décélérez en évitant le glissement des roues et la perte de contrôle.