SOUSCRIRE

Téléphone

Prenez contact avec nos chargés de clientèle au téléphone OU un chargé de clientèle vous rappelle gratuitement

04 67 50 67 50

être rappelé Nouvelle fenêtre

SOUSCRIRE

Trouver un bureau

Consultez la liste des bureaux et délégations de votre région ou au plus près de chez vous et venez nous renconter

bureaux et délégations Nouvelle fenêtre

SOUSCRIRE

Envoyer un email

Besoin d'exprimer une demande particulière : remplissez notre formulaire de contact et nous vous répondrons dans les plus brefs délais

faire une demande Nouvelle fenêtre

SOUSCRIRE

Devis en ligne

Réalisez un devis en ligne et découvrez tous les avantages que proposent la Mutuelles des Motards avec des offres adaptées à vos besoins

Réaliser un devis Nouvelle fenêtre
Conduite et sécurité

Conseils pour partager la route entre motards et automobilistes

22/11/2018 mis à jour le 26/11/2018
  • Prévention

Initiatrices de nombreuses campagnes de sécurité routière sur le thème du partage de la route, les structures du Mouvement FFMC n'ont pas une vision corporatiste du partage de l'espace public : de quatre à deux-roues, il n’y a qu’un pas, que de plus en plus d’usagers de la route franchissent. Avec un peu de bonne volonté et d’empathie, avec aussi la connaissance de ses propres limites et de celles des autres, avec enfin un minimum de connaissance des caractéristiques de chaque mode de transport, chacun pourrait prendre la route en toute sécurité. Automobilistes, conducteurs de 2-roues : conseils croisés.

L'accident : plusieurs points de vue...

En tenant compte de la présence des motards dans le trafic, les automobilistes peuvent contribuer activement à éviter les accidents. Les études démontrent que ce sont surtout les conducteurs chevronnés qui ne remarquent pas les motards. Dans un cas sur trois, les accidents surviennent aux intersections. Et dans 70 % des collisions entre un motard et un automobiliste, ce dernier déclare ne pas avoir vu le deux-roues, ou alors, trop tard. Contrairement aux idées reçues, la vitesse n’est pas forcément en jeu : dans plus de la moitié des cas, la vitesse d'approche du deux-roues avant l'accident est inférieure ou égale à 50 km/h.

… souvent la même cause

En adoptant une conduite préventive et en essayant d’anticiper le comportement des autres usagers, les motards peuvent diminuer sensiblement les risques d’accident. Le motard pense être visible de tous, notamment lorsqu’il est en position prioritaire, or 34 % des accidents ont pour origine le non-respect des priorités. Même non fautif, le comportement du deux-roues contribue souvent à l’accident : il roule plus vite que les autres véhicules, se positionne différemment sur la chaussée, et ne ralentit pas assez dans les situations à risque. Près de 12% des accidents sont dus à une perte de contrôle par excès de confiance.

Conseils aux automobilistes

  • Sur la route, serrez votre droite. Cela permettra de libérer un maximum d'espace lors des manœuvres de dépassement ou de remontées de files effectuées par les motards : les deux-roues sont autant de voitures de moins dans les bouchons.
  • Quand un motard vous fait un signe de la main ou du pied après un dépassement, ce n'est pas agressif : il vous remercie de lui avoir facilité le passage.
  • Lorsque vous manœuvrez, un petit geste peut éviter bien des accidents : pensez à mettre votre clignotant et à contrôler votre angle mort. Un autre usager de la route est peut-être en train de vous dépasser.
  • La position des motards, sur les 2/3 de la voie de circulation, peut vous paraître atypique. Mais ainsi, ils sont mieux vus des automobilistes, et ont une meilleure vue du trafic et de la chaussée : gravillons, plaques d’égouts, flaques de gazole et marquages au sol peuvent d’ailleurs les amener à changer de position.
  • La grande maniabilité des motos, leur capacité d’accélération et leur faible poids rendent leur évolution très différente de celle des voitures. Tenez-en compte lorsque vous essayez d’évaluer la vitesse d’une moto et la distance à laquelle elle se trouve. N’oubliez pas qu’il est plus dangereux, pour un motard, d’éviter une collision par arrêt brusque que par une manœuvre d’évitement.
  • Bannissez l’usage du portable au volant : conduire une voiture en téléphonant multiplie par quatre le risque d’accident. Au moment de décrocher, le risque est même multiplié par six.

Conseils aux motards

  • Lorsque les voitures sont à l’arrêt ou avancent lentement, si vous vous risquez à remonter les files, la prudence est de mise : le différentiel ne doit pas dépasser 20 km/h, sans excéder toutefois la vitesse limite autorisée.
  • N’oubliez pas que certains automobilistes ont tendance à changer brusquement de file, en oubliant de regarder dans le rétroviseur et d’utiliser leur clignotant.
  • Faites un geste amical aux automobilistes qui veillent à vous laisser suffisamment de place.
  • Lorsque vous réintégrez une file qui a repris de la vitesse, vous effectuez une manœuvre et êtes donc tenu de céder la priorité.
  • Évitez toujours les bandes d’arrêt d’urgence et les zones hachurées situées à gauche de la voie de circulation : un tel comportement est malpoli, et des débris de toutes sortes peuvent en outre provoquer chutes ou crevaisons. Par temps humide ou sous la pluie, n'oubliez pas que votre pire ennemi est le marquage au sol : glissade assurée !
  • Tenez compte de l’angle mort des rétros des voitures et surtout des camions. Ne roulez pas trop longtemps au même endroit, à côté ou derrière un autre véhicule. Les motards surestiment souvent leurs capacités face à une situation à risque : à 80 km/h, il faut environ 60 mètres à un motard pour s’arrêter, temps de réaction compris.