Actus

3 questions à ... Mickaël Leveau

26/10/2021 mis à jour le 28/10/2021
Mickael Leveau

1/ Explique nous pourquoi tu n'es pas un kinésithérapeute comme les autres (déplacement en moto avec ton équipement + tes déplacements sur les courses moto) :

La Moto pour moi c’est tous les jours… plus qu’un outil, c’est une passion !

En semaine, je me déplace à moto pour exercer mon métier de kinésithérapeute à domicile. Le week-end, je fais équipe avec des pilotes professionnels lors des courses du Championnat de France SBK et du Championnat du Monde Endurance EWC pour leurs préparations physiques.

En effet, en semaine, j’ai tout naturellement fait le choix de travailler exclusivement aux domiciles des patients, qui sont pour moi les oubliés ! Dans le sens où très souvent ceux qui ont le plus besoin de rééducation, paradoxalement ne peuvent parfois pas accéder aux soins.

Pour cela, une moto, un casque avec intercom et le gilet Airbag sont les outils parfaits : fluidité de circulation, stationnement facilité, sécurité, tout en me permettant de garder ce côté plaisir de rouler à deux-roues, je l’avoue !
 D’ailleurs certains soirs durant la belle saison, j’aime même reprendre la route après ma journée de travail pour profiter d’une balade avec ma compagne qui est une excellente passagère ! 

J’utilise un T-MAX pour les centres-villes, c’est l’outil parfait pour cet environnement. Par ailleurs, j’exerce aussi dans un environnement plutôt rural, près du Mans, j’ai donc adopté des routières. Deux FJR en version administrative (Type : police) ! Elles sont parfaitement adaptées pour rouler en toute saison sur des distances plus importantes et transporter mon matériel de soins. Par ailleurs de manière générale, la moto attire la curiosité et apporte un capital sympathie auprès des patients lors de mes visites, que ce soit auprès des enfants comme des plus âgées.

2/ Cette volonté de t'occuper de pilotes moto sur les circuits vient de ta passion pour la moto ou la pathologie particulière de tes patients ? (Peut-être parler de tes recherches)

J’ai toujours eu un intérêt notable pour les sports mécaniques. Plus jeune, j’ai pratiqué du jet ski et du Motocross en compétition, donc la passion est bien là ! J’aime aussi énormément mon métier de kinésithérapeute. Contrairement à certaines idées reçues, le sport mécanique est bien un sport qui requiert de l’effort physique et une technique précise, ce n’est pas simplement un transport ! Nos pilotes sont de véritables athlètes, qui s’entrainent toute l’année, ils ont besoin d’un suivi et une préparation physique, au même titre qu’un Triathlète ou un Cycliste…

J’ai fait mes études générales de kiné du sport, où j’ai appris les pathologies de différents sports tels que l’athlétisme, le cyclisme, l’haltérophilie, le judo, le rugby etc… De mon initiative, j’ai souhaité poursuivre mes études en me spécialisant sur les sports mécaniques. Ce ne fut pas simple, il m’a fallu convaincre l’université de l’intérêt d’orienter mes recherches sur les sports mécaniques, mais la littérature scientifique sur le sujet est tellement rare qu’ils ont accepté ! J’ai ainsi commencé par étudier l’adaptation des muscles cervicaux chez les pilotes automobiles… J’ai réellement commencé comme cela dans le domaine. Puis on m’a demandé de venir travailler avec des pilotes motos, un projet que j’ai tout de suite accepté. Aujourd’hui j’ai quitté le domaine pur de la recherche mais j’apprends tous les jours sur le terrain. Probablement que je republierai quelque chose en retour d’expérience.

3/ De grands pilotes passent ou sont passés entre tes mains, peux-tu nous donner quelques noms ? 

C’est toujours délicat de répondre précisément, dans le sens où comme tout professionnel de santé, je suis soumis au secret professionnel. Toutefois, je sais que je peux parler de deux pilotes en particulier que vous connaissez très bien à la Mutuelle des Motards, à savoir Mathieu GINES et de Kenny FORAY, qui sont tous deux titrés Champion de France Superbike et en Mondial d’Endurance. 

Je peux aussi laisser quelques indices, en te disant que je travaille essentiellement avec les pilotes du groupe de tête du Championnat de France vitesse et du Championnat du Monde d’Endurance. Sur le Mondial, des teams comme BMW Motorrad World Endurance Team 37# et ERC 6#.