Mutuelle

La Mutuelle aux Antilles : solidarité en action

03/01/2018 mis à jour le 09/01/2018
  • Voyage
  • Mutuelle

Après le passage de l’ouragan Irma sur les Antilles, la Mutuelle des Motards a mis en place un dispositif exceptionnel pour alléger, à son niveau, la charge de ses sociétaires éprouvés par la catastrophe. Ainsi, deux responsables de l’indemnisation se sont rendus directement sur place afin de les accompagner dans leurs démarches.

« Notre mission a consisté à rencontrer tous les sociétaires de la Mutuelle et à apporter notre soutien aux courtiers locaux. Nous étions en relation directe avec les experts et les réparateurs sur place de façon que, même réalisées dans l’urgence liée aux conditions, les expertises aboutissent à de justes indemnisations », initie Philippe Leizé, responsable du département indemnisation. Et de fait, le contexte de précarité qui prévaut encore sur ces territoires dévastés n’a pas facilité la tâche. « Notre courtier nous a aidés à nous loger, car les rares hôtels en fonction étaient réquisitionnés par les forces de l’ordre. Pour nous déplacer, nous étions en mode baroudeur et système D », précise Laurent Santucci, responsable du Service activités transverses indemnisation.

Rythme effréné

« Nous nous sommes rendus très disponibles pour les sociétaires, en commençant par prendre les contacts par SMS, enchaîner les rendez-vous, communiquer ensuite avec le siège pour notamment faire les demandes de virement. Dans les faits, 48 heures après notre intervention, les fonds étaient versés », détaille Laurent. « À évènement exceptionnel, mesures exceptionnelles. Nous avons déployé le même dispositif aux Antilles que lors des inondations de Cannes en 2015, ce qui démontre qu’il n’y a pas de différence de traitement entre la métropole et les collectivités d’outre-mer », complète Philippe. Jonathan, sociétaire de Saint-Martin qui roule en Yamaha XJ6, confirme : « La prise de contact a été très rapide et j’ai eu la visite des responsables de la Mutuelle dans la foulée. C’est très réconfortant quand on se trouve dans une telle situation. Enfin un soutien concret ! Et en plus, j’ai rencontré des personnes fort sympathiques ».

Solidarité impressionnante

« Comme les habitations sont souvent dépourvues d’adresse, c’était assez compliqué de trouver les sociétaires. Heureusement, tous les motards se connaissent, même si leurs profils respectifs sont très différents, et nous avons toujours été bien orientés, voire directement accompagnés. Puisqu’il n’y avait plus de liaison aérienne entre Saint-Barthélemy et Saint-Martin, c’est un sociétaire disposant d’un Zodiac qui nous a gracieusement emmenés par la mer, soit une bonne heure de navigation. Et il y a aussi ces deux concessionnaires locaux qui nous ont spontanément proposé leur aide pour établir les devis de réparation », poursuit Laurent.

Nous avons rencontré un niveau de solidarité impressionnant, alors que la population est encore moralement très fragile et que de nombreuses personnes souffrent de graves traumatismes psychologiques

Philippe Leize

Marque indélébile

Thierry, sociétaire de Saint-Barthélemy qui roule en Harley-Davidson 1200 Forty-Eight, confirme le choc subi : « On est tous “cyclonés” dans nos têtes ! C’est usant, car maintenant on a en plus le contrecoup à gérer, une année très compliquée qui s’annonce et les tracasseries administratives qui n’en finissent pas. Et là, j’ai vu débarquer de vrais motards dans l’âme. Ce sont des pros qui connaissent leur métier, vraiment efficaces. On ne peut pas trouver mieux que la Mutuelle, je le dis à tout le monde ! Un mois après leur passage, j’ai touché l’indemnisation et la moto est réparée. Bravo, félicitations ! D’autant plus que je n’ai encore aucune nouvelle des autres assurances… Vraiment, cette visite a été et reste la seule lueur d’espoir qu’on a eu après Irma ».

Compétence et passion

« Pour la majorité des sociétaires victimes de l’ouragan, le deux-roues motorisé représente le plus petit bien sinistré. Au-delà de la surprise de nous rencontrer si vite, ils ont été étonnés qu’on parle le même langage, qu’on partage leur passion », admet Philippe. À l’instar de Jean-François, sociétaire de Saint-Barthélemy qui roule en maxi-scooter Aprilia SRV 850, les sociétaires ont pleinement apprécié ce supplément d’âme : « D’abord, j’ai été agréablement surpris que cela soit les responsables de l’indemnisation qui se déplacent, car au moins, nous avons affaire aux décisionnaires. La deuxième surprise, c’est d’avoir rencontré de vrais motards, qui n’hésitent pas à mettre la main à la pâte. Je les ai même vus démonter un moteur pour une expertise. Ce sont de vrais experts dans leur domaine ».

Échanges fructueux

Riche en rencontres et en émotions, ce déplacement a d’abord permis à la Mutuelle des Motards d’affirmer pleinement sa vocation et d’affûter ses compétences : « Tous ces échanges sont une mine d’informations pour la Mutuelle. Par exemple, les quads sont très nombreux sur ces îles. Ils y sont en très grande majorité utilisés en mode utilitaire et non pas dans le cadre des loisirs comme en métropole. Cela peut nous permettre de faire évoluer notre offre sur ce segment. Au final, nous avons surtout maintenant une vision pérenne de la pratique de la moto à cet endroit du globe », appuie Philippe. « Comme j’ai largement diffusé mon numéro de téléphone durant cette période, il n’arrête plus de sonner et je suis souvent sollicité par les sociétaires pour tous types de renseignements. Tant mieux, c’est aussi cela, la proximité ! », s’amuse Laurent.