Photo-bandeauheader-home1

Accueil : Assurance mutuelle des motards, ça rassure

La protection des conducteurs des 2 roues à moteur

Vous êtes ici : Assurance Moto, scooter... Assurance Mutuelle des Motards. Tarifs et assurance moto scooter et 125 en ligne. > Nos partenaires > Partenaires moto > Circuit Carole

Carole, un circuit unique dans l'Hexagone

 

Piloter une moto sur circuit à n’importe quel moment de l’année est impossible en France… sauf sur le circuit Carole, en région parisienne, seule et unique piste ouverte à tous. Un circuit intimement lié à l’histoire du Mouvement Motard.

 

Un circuit à vocation sociale

Site hautement symbolique pour les motards, étroitement lié à la genèse du Mouvement Motard, le circuit Carole reste un cas unique, dans l'Hexagone, de circuit ouvert à tous, permettant aux motards amateurs de tourner sans licence avec des machines de série, immatriculées. Le circuit leur est ouvert pour cela 26 week-ends par an. Entièrement gratuit de 12h à 17h, du vendredi au dimanche et les jours fériés, il est payant le reste du temps en fonction du temps de roulage. De nombreuses manifestations se déroulent sur le circuit, et notamment des stages de pilotage animés par Christophe Guyot, team-manager du GMT 94. En bord de piste, Carole héberge la “Motothèque”, conçue par Moto Magazine, la FFMC et la Mutuelle des Motards : un centre d'information et de documentation unique en France qui regroupe plus de 300 revues françaises et étrangères ainsi que de nombreux ouvrages consacrés à la moto.

Carole et la colère des motards

Prélude à la révolte des motards qui va éclater à la fin de la décennie et donner naissance à la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC), l'ouverture du circuit Carole est la conséquence directe d'un fait divers survenu en 1977. Faute de pistes motos accessibles, des runs sauvages se déroulent alors régulièrement en banlieue parisienne, et les Halles de Rungis sont devenues le principal lieu de défoulement des passionnés de 2-roues. Devant les parkings et les allées du gigantesque marché couvert, improvisés en circuit de vitesse, motards et curieux se pressent en masse, chaque semaine. Le 23 septembre 1977, pour la 18 fois en trois ans, le circuit sauvage de Rungis tue : Carole Le Fol, 18 ans, est la victime de trop.

Un symbole, des questions

Dès le lendemain, l'émotion gagne le pays. Sous la pression des motards et du journaliste Yves Mourousi, nommé « M. Moto » par le gouvernement, il est finalement décidé de construire une piste de vitesse. Un an plus tard, la municipalité de Tremblay-en-France (à deux pas de l’aéroport de Roissy, au nord de Paris) accepte l’implantation sur son territoire de ce circuit de 2 km, inauguré le 1er décembre 1979. Si Carole Le Fol est devenue un symbole connu de tous les passionnés de moto, les circonstances de son décès sont aujourd’hui encore opaques. Longtemps, il fut question d’une chute à Rungis, Carole étant présentée comme passagère. Pour d’autres, Carole était spectatrice d’une course à Rungis, et une moto l’aurait fauchée dans sa chute. En 2007, une 3e hypothèse a fait surface avec le documentaire de Philippe Chambon, Carole ou l’esprit motard. C’est en se rendant à Rungis et non sur le site lui-même que Carole, en tant que passagère, aurait perdu la vie, dans un accident de la route.

La FFM aux commandes

Un temps menacé de fermeture, le circuit Carole a vu sa gestion changer maintes fois de mains pour finalement être confiée, depuis le 1er janvier 2012 et pour cinq ans, à la Fédération Française de Motocyclisme (FFM). La Fédération Française des Motards en Colère (FFMC), les Editions de la FFMC et la Mutuelle des Motards sont partenaires directs et portent la vocation sociale du circuit, en accueillant les motards désireux de rouler librement le week-end. Comme prescrit dans le cahier des charges, sont préservés les 26 week-ends gratuits d’ouverture au public par an, ainsi que les vendredis après-midi. Sans oublier les mercredis après-midi, qui sont réservés aux cyclomoteurs. D'après Jacques Bolle, le président de la FFM, un projet de déménagement, dans les cartons depuis 1985, est sérieusement envisagé à l'horizon 2017-2018. Mais, en attendant, le circuit a fait peau neuve pendant l'été 2012.

Rénovation et réouverture

Après deux millions d’euros et trois mois de travaux, le tracé a rouvert ses portes aux motards franciliens avec une sécurité renforcée. L’infrastructure a pris un véritable coup de jeune. Le circuit est aux normes, un grillage FIA a été posé à certains endroits, des zones de graviers ont été refaites, un système de vidéo-surveillance scrute l’intégralité de la piste, et un système de feux rouges remplace les commissaires et leurs drapeaux. Les installations annexes ont, elles aussi, été rénovées : nouveaux sanitaires, nouvelle infirmerie, une buvette flambant neuve, et de nouveaux locaux Moto Magazine/Mutuelle des motards/FFMC. Un lifting bienvenu.

Les conditions d'accès

Voici les précautions d'usage avant de vous lancer sur un circuit de vitesse. Pour mémoire, si vous êtes sociétaire de la Mutuelle, tous nos contrats 2-roues standards vous permettent d'évoluer sur un circuit, dans les mêmes conditions d'assurance que sur route ouverte, dès lors que vous ne prenez pas part à une compétition ou un entraînement chronométré.

Papiers : apporter son permis de conduire, une assurance en cours de validité (au même nom que le titulaire du permis de conduire) et la carte grise du véhicule.

Équipement : venir avec un blouson de moto en cuir avec protections intégrées et pantalon de cuir  ou combinaison de piste en cuir, des gants en cuir destinés à la pratique de la moto et des bottes en cuir ou chaussures montantes en cuir protégeant la malléole, un casque intégral aux normes NF ou européennes. Une protection dorsale est incontournable pour évoluer sur un circuit de vitesse.

Moto : état mécanique parfait, freins réglés, étanchéité parfaite, aucune fuite, aucun élément dangereux, tranchant ou pointu. Et attention aux niveaux sonores.