Accidents et vols

Quel antivol pour être bien assuré à moto ou scooter ?

22/11/2018 mis à jour le 04/10/2019
  • Antivol
  • Vol
  • Mutuelle
antivol moto

Vous avez acheté l’antivol qui va bien, « certifié NF-recommandé FFMC » ou  portant la mention « Classe SRA », sésame pour assurer votre 2-roues à la Mutuelle des Motards. Mais l'utilisation d'un deuxième moyen de protection, mécanique ou électronique, peut faire baisser votre franchise vol jusqu'à 50% de son montant.

Pour certains modèles très convoités et sur certaines régions uniquement, les deux moyens de protection sont systématiquement exigés, avec application de la franchise « basse » à la clef.

La franchise, pourquoi ? 

Si la franchise n’existait pas, la Mutuelle des Motards serait contrainte de prendre en charge des sinistres de faible montant, qui, mis bout à bout, grèveraient significativement ses frais de gestion, avec pour conséquence une augmentation de ses tarifs. La Mutuelle a donc choisi de laisser à votre charge une part des dommages, de manière supportable.

Un antivol c’est bien, deux c’est encore mieux

Rien ne remplace le bon vieil antivol enchaînant votre moto ou votre scooter à un point fixe. Il s’agit de la meilleure façon de parer à l'enlèvement, la plus répandue des techniques de vol. Vous le savez également, seuls les antivols certifiés NF-recommandés par la FFMC (ces systèmes ont en effet résisté de façon satisfaisante aux tortures imaginées par les experts bénévoles de la Commission Stop Vol.) ou portant la mention classe SRA, accompagnés du blocage de la direction de votre machine, vous ouvrent droit à couverture et assurance à la Mutuelle des Motards.

Il y a mieux encore, aussi bien pour la sécurité de votre machine que pour votre porte-monnaie : deux antivols. Utiliser en complément d’un antivol (mécanique ou non) un autre moyen de protection rendra quasi inviolable la protection de votre monture préférée, et entraînera, si malgré tout vous avez été victime d'un vol, une baisse de votre franchise vol jusqu'à 50%.

 Pour certains modèles très convoités et sur certaines régions uniquement, les deux moyens de protection sont systématiquement exigés, avec application de la franchise « basse » à la clef.

Franchise vol : 1 + 1 = 1/2

Le système est simple. Puisque vous protégez mieux votre 2-roues avec une seconde protection, la Mutuelle récompense votre effort en baissant de façon significative le montant de votre franchise. Vous serez donc mieux indemnisé en cas de vol, ou de tentative de vol. On parle alors de franchise « basse ». Par exemple, pour une Kawasaki Z800, avec un seul moyen de protection, la franchise vol (fixe) sera de 675 €, avec 2 moyens, elle passe à 450 € (fixe), soit un tiers de moins. Pour un 530T-Max, de tous les scooters le plus volé, la franchise passe de 1000 € à 500 €, soit une division par deux. Pour un scooter 125 X-Max, la franchise passe de 375 € à 250 €, soit 33% de baisse. Enfin, pour une rutilante BMW S1000RR, la franchise passe de 1200 € avec une seule protection à 600 € avec deux antivols, soit là encore une baisse de 50%.

Pour certains modèles très convoités et sur certaines régions uniquement, les deux moyens de protection sont systématiquement exigés, avec application de la franchise « basse » à la clef.

Quel second antivol ?

Pour cette réduction de franchise, la Mutuelle vous laisse le choix de la deuxième protection entre :

  • Un second antivol « certifié NF-recommandé FFMC » ou portant la mention « Classe SRA » (mécanique ou électronique),
  • Une alarme électronique d'origine, installée de série ou en option sur votre 2-roues,
  • Un système de traçabilité du véhicule après vol (type Traqueur-Rider),
  • Ou encore le marquage des pièces (effectué par un professionnel).

Attention, dans le cas du marquage, vérifiez bien votre inscription. Pour être valide, elle doit être enregistrée à votre nom auprès du GIE ARGOS, sinon il sera impossible de remonter jusqu’à vous en cas de vol. À noter que pour certains modèles très convoités et sur certaines régions uniquement, les deux moyens de protection sont systématiquement exigés, avec application de la franchise « basse » à la clef. En revanche, dans le cas des side-cars, difficiles à entraver, seul le marquage des pièces est exigé, avec l'application là aussi de la franchise «basse».

Ras-le-Vol, le guide pratique

Édité par les Éditions de la FFMC, il est consultable dans tous nos bureaux et en ligne. Vous y trouverez une liste des dispositifs de sécurité électroniques et mécaniques (antidémarrage, bloque-disques, blocage de direction, alarmes…) proposés par la commission Stop Vol de la FFMC et de bons conseils pour déjouer les pièges tendus par les voleurs lorsque vous êtes à l’arrêt.