SOUSCRIRE

Téléphone

Prenez contact avec nos chargés de clientèle au téléphone OU un chargé de clientèle vous rappelle gratuitement

04 67 50 67 50

SOUSCRIRE

Trouver un bureau

Consultez la liste des bureaux et délégations de votre région ou au plus près de chez vous et venez nous renconter

bureaux et délégations Nouvelle fenêtre

SOUSCRIRE

Envoyer un email

Besoin d'exprimer une demande particulière : remplissez notre formulaire de contact et nous vous répondrons dans les plus brefs délais

faire une demande Nouvelle fenêtre

SOUSCRIRE

Devis en ligne

Réalisez un devis en ligne et découvrez tous les avantages que proposent la Mutuelles des Motards avec des offres adaptées à vos besoins

Réaliser un devis Nouvelle fenêtre
Accidents et vols

Moto en vente entre particuliers : Attention au vol

17/05/2019 mis à jour le 24/05/2019
  • Vol
  • Prévention
essai moto

Vendre sa moto de particulier à particulier, généralement par le biais d’une annonce mise en ligne sur Internet, requiert un certain nombre de précautions pour éviter les déconvenues. Accidents non couverts par l’assurance, arnaques aux faux documents, risques de vol et d’agressions : la vigilance s’impose !

Dans la majorité des cas, la vente d’un 2 ou 3-roues à moteur d’occasion implique un essai routier. Préalablement, vérifiez donc auprès de votre assureur que le prêt de guidon est autorisé, afin de connaître la portée de la couverture, notamment en ce qui concerne les indemnisations et les franchises applicables.

À la Mutuelle des Motards, le prêt de guidon est d’office autorisé, sauf si vous avez pris l’option "conduite exclusive"

Chez certains assureurs, le prêt est soit strictement interdit, soit assorti d’une franchise élevée, et éventuellement, de la non prise en compte des garanties dommages.

Publier son annonce en ligne en toute sécurité

Lors du dépôt d’une annonce sur Internet accompagnée de photos, pensez à dissimuler la plaque d’immatriculation de votre moto. N’oubliez pas qu’avec le numéro d’immatriculation d’un véhicule, il est possible de retrouver l’adresse de son propriétaire.

Sans compter sur les escrocs qui sont spécialisés dans la « doublette », cette technique d’usurpation d’immatriculation consistant à maquiller une moto volée identique à celle mise en vente en y apposant une fausse plaque avec votre numéro.

Évitez également de prendre des clichés devant votre domicile, ce qui peut permettre aux aigrefins d’identifier le lieu de garage.

Ne pas répondre aux demandes farfelues

Le pseudo-acheteur vous demande des preuves que la moto vous appartient afin de se prémunir des « arnaques qui pullulent sur Internet ». Via des échanges par e-mails interposés, il vous demande de lui transmettre une copie de la carte grise et parfois de l’attestation d’assurance, soit-disant pour faire établir des devis auprès d’autres compagnies d’assurances. Autant d’informations concernant votre profil et votre moto qui peuvent être exploitées frauduleusement. En effet, ces documents peuvent lui permettre de flouer d’autres personnes en organisant une vente fictive par la suite.

L’idéal est de répondre à ces sollicitations (pas toujours malveillantes) en ne communiquant que le strict nécessaire : date de première mise en circulation, et type (champ D.2 sur le certificat d’immatriculation), seuls éléments utiles pour les assureurs.

S’il veut connaître l’immatriculation pour pouvoir l’assurer, vous pouvez la communiquer, mais c’est un risque que vous prenez.

Trouver le bon lieu de rendez-vous

Évitez absolument de fixer le rendez-vous à votre domicile ou devant votre lieu de garage (box privatif, parking collectif). Cette négligence pourrait donner de précieuses informations à un voleur potentiel. Privilégiez un lieu public fréquenté, comme un parking de grande surface ou celui de votre concessionnaire moto. L’idéal est que ce lieu soit équipé d’un système de vidéo-surveillance, utile pour identifier un éventuel agresseur. Pour décourager à coup sûr les margoulins de tous poils, la parade ultime est de convenir d’un rendez-vous à proximité immédiate d’un poste de police ou d’une gendarmerie. Effet dissuasif garanti !

Effectuer les contrôles préalables à l'essai

Avant de confier le guidon à l’éventuel acheteur afin qu’il puisse essayer la moto, demandez-lui ses papiers d’identité et son permis de conduire. N’acceptez pas de photocopies, trop faciles à falsifier, et vérifiez la concordance des informations et des photos sur les documents (risque de portefeuille volé).

Assurez-vous également que la personne est bien titulaire du permis correspondant à votre moto (attention aux contraintes du permis A2).

De la même façon, si vous avez des doutes sur l’état physique de l’essayeur, n’hésitez pas à lui proposer de tester son alcoolémie au préalable, grâce à un éthylotest. Au moindre doute, reportez ou annulez l’essai du véhicule. N’oubliez pas que l’essai est un avantage pour la vente mais n’est absolument pas obligatoire. Mieux vaut rater une vente que de se retrouver dans une situation conflictuelle.

Précautions durant l'essai

Attention au vol par ruse, matérialisé lorsque le voleur vient essayer votre moto et ne revient jamais.

Ce cas ne sera pas couvert par l’assurance puisque vous avez volontairement remis les clefs de votre véhicule au voleur et qu’il vous sera impossible de prouver à votre assureur la matérialité du vol (la preuve).

Dans tous les cas, ne confiez jamais la carte grise et l’attestation d’assurance à l’éventuel acheteur car votre adresse y figure et il n’en a pas besoin durant l'essai.

S’il est accompagné, il faut refuser qu’il transporte son acolyte pour l’essai (et disparaissent tous les deux…). Une personne à la conscience tranquille ne verra aucun inconvénient à ce que vous conserviez une preuve de son identité durant le roulage. À noter, si votre moto est équipée d’un système « keyless », ne donnez pas la clef/badge à l’essayeur, il n’en a pas besoin. En effet, sauf s’il cale ou coupe le moteur, le contact restera mis et la moto fonctionnera normalement même si elle est à plusieurs kilomètres de vous (à vérifier tout de même en amont). Cela n’empêchera pas le voleur de ne pas revenir si telle était son intention, mais il aura volé une moto dont la valeur sera moindre que s’il avait la clef (le graal pour le voleur). En outre, vous pourrez toujours donner la clef à votre assureur, prouvant ainsi que vous aviez pris quelques précautions pour éviter la mésaventure. Et s’il insiste pour avoir la clef, cela doit vous mettre la puce à l’oreille, tout comme s’il vous demande « innocemment » si la moto est équipée d’une balise GPS.

En effet, une des meilleures parades pour lutter contre ce genre de vol consiste à équiper sa moto d’un boîtier de géolocalisation, ou de faire croire qu’elle en est dotée. À la fin de l’essai, coupez le contact et retirez la clef du contacteur. Enfin, assurez-vous que le trousseau de clef de la moto ne contient qu’une clef, celle du contact, et surtout pas celles de votre domicile ou garage.

Vérifier la validité du moyen de paiement

Le vol avec un faux chèque de banque est aussi une pratique de plus en plus répandue. Dans ce cas, la vente se déroule toujours le soir, en fin de semaine, un dimanche ou un jour férié, lorsque les agences bancaires sont fermées, ce qui rend impossible toute vérification sur l'instant du chèque de banque. Si la transaction ne peut se dérouler en dehors de ces horaires sensibles, faites-vous préalablement envoyer une copie du chèque afin d’effectuer les vérifications sur l'authenticité de celui-ci aux heures ouvrables. Pour cela, ne vous fiez pas au numéro inscrit sur le chèque, qui peut sonner chez un complice, mais recherchez vous-même les coordonnées de l’agence bancaire émettrice. Ensuite, placez le chèque devant une lumière pour vérifier la présence d’un filigrane en son centre comportant la mention « chèque de banque » en majuscule, encadrée par quatre vagues en haut et en bas ainsi qu’une semeuse devant un coucher de soleil à droite et à gauche.

Il existe d’autres moyens de paiement digitaux qui offrent une bonne alternative au chèque de banque (Depopass, Paycar). Pratique et sécurisant car cela oblige l’acheteur à s’inscrire sur la plateforme avant la transaction, en laissant son identité. S’il refuse ce genre de procédure alors qu’elle est gratuite pour lui (payante pour le vendeur, moins de 30 € si la vente s’effectue), cela vous donne une idée de ses intentions.

Situations garanties à la Mutuelle des Motards

La garantie Vol proposée par la Mutuelle garantit :

  • l’extorsion du véhicule suite au paiement avec un faux chèque de banque
  • suite à l’agression du conducteur au guidon (bike-jacking)
  • suite au vol commis au domicile (« home-jacking »)
  • par effraction électronique (« mouse-jacking »).

Ces situations sont intégrées aux conditions générales et donnent droit à une indemnisation sous réserve que le sociétaire mette à disposition de la Mutuelle les justificatifs demandés.

Un autre atout de la Mutuelle est que si votre acheteur rencontre des soucis mécaniques avec votre ancienne moto (de moins de 10 ans) et vous demande des comptes, le service lié à la garantie protection juridique véhicule sera là pour vous assister, même si vous n’avez plus de contrat en cours. Rassurant !